CSAIO-14

CSAIO-14
Organizer: 
UNIDO
Place: 
Vienna
Year: 
2013
Month: 
October
Starting date: 
10
End date: 
11
Theme A: 
Spatial and temporal flexibility of work practices
Theme B: 
Pension scheme developments
Theme C: 
Mediation
conference picture

WELCOME AND INTRODUCTION BY THE HOST ORGANIZATION, UNIDO

Statement by the Director-General of UNIDO, presented by the Deputy Director General, Mr. Taizo Nishikawa to the 14th Annual Conference of Staff Associations of International Organisations (CSAIO)

Distinguished representatives, Colleagues, Ladies and gentlemen,

It is my privilege to inaugurate the14th Annual Conference of Staff Associations of International Organisations on behalf of the DG of UNIDO Mr. LI Yong. He is now on his mission to Africa.

First of all, I would like to welcome all of you to both the Vienna International Centre and the beautiful city of Vienna. I trust that the spirit of Vienna will help you to promote and defend the common interests of all international civil servants.

The diverse issues facing you at this session - be it work practices, pension schemes or the settlement of disputes – call for coherent solutions. No easy task. It also calls for a common understanding between management and staff.

The Director General recognizes his own relationship with the staff of UNIDO as a matter of particular importance. Without the full participation and involvement of knowledgeable and committed staff at all levels, it will be difficult to achieve our common aims and objectives.

The UNIDO Staff Union enjoys complete freedom of action in deciding on matters that relate to the welfare of the staff. The Staff Union’s efforts have always been directed towards maintaining balanced staff-management relations. I have no doubt that this spirit of harmony will continue.

Freedom however does not operate in a vacuum - or in isolation. Nor is freedom an irresponsible process.

Freedom implies the recognition of necessity and acceptance of accountability. The UNIDO Staff Union, in common with other staff unions and associations, must continue to relate freedom of action, responsibility and accountability to the promotion and achievement of the organisational aims and objectives. That is very much in accord with the Constitution of UNIDO.

I recognise that the UNIDO Staff Union has contributed positively to the work of CSAIO. I am given to understand that some of staff welfare policies in place in UNIDO today have benefited significantly from the deliberations of your conference over the years.

In conclusion, your gathering here today is yet another demonstration of solidarity among the staff unions and associations of the international organisations.

I am sure you will address the challenges at stake in full awareness of your responsibilities towards the principles and objectives of your respective organisations. There is a famous saying in China and Japan. We speak of a good beginning making for a good end. A good beginning is thus the most important part of the work. In that sense, I wish you every success in your deliberations today and tomorrow and a very pleasant stay in Vienna.

 

Statement by the President of the UNIDO Staff Union, Mr. Eric Appiateng to the 14th Annual Conference of Staff Associations of International Organisations (CSAIO)

Distinguished participants, Colleagues, Ladies and gentlemen,

It is a real pleasure for me personally - and for the UNIDO Staff Union as your hosts - to welcome you to the Vienna International Centre. I trust that the services we have provided will facilitate the task on hand: finding common solutions to the three highly pertinent issues on our agenda.

The issues are of particular concern to international civil servants in these troubled times. In the wake of the global financial crisis, Member States are set on demanding sweeping changes to the multilateral system. However, what we need is a long-term perspective, not demands driven by the current immediate financial situation.

We have all experienced various aspects of those short-term demands. Here in UNIDO and throughout the United Nations, we are gearing up for a review of the common system compensation package. The likely outcome will have a profound impact on our conditions of service. My colleagues from other UN organisations and agencies will agree when I say that the compensation review exercise has been greeted with certain reservations and general dismay. Staff representatives perceive it as a plan to reduce compensation provisions, rather than a design for a sustainable package that is both adaptable and flexible.

And all this, at a time when Member States are demanding ever more from the multilateral organisations!

Doing more with less is only possible if the remaining few do not buckle under the strain. FAO, I feel, could give us a first-hand description of the sad state of affairs looming large in Rome. It has been brought about by a determination to cut back expenditures – cost what it may- in human terms.

The global financial turmoil in tandem with increased life expectancy have already combined to bring about an upward adjustment of the mandatory age of separation to 65 for those joining the common system organisations as of next year. However, newcomers will only join if the conditions of work in their totality are seen to be sound and just.

All this makes it all the more important to watch closely developments related to pension schemes and protecting acquired pension rights. I look forward with interest to the discussion tomorrow in session B.

Today, thanks to the knowledge shared at previous sessions of the CSAIO, we in UNIDO, with the help of technological advancements in recent years, are on the verge of launching an expanded work-life balance policy that includes telecommuting.

Over the years the staff of the UN common system have observed a systematic degradation in their conditions of service that threatens their well-being, if not their survival as a group. We thus need to increase our knowledge of the topics to be taken up at this conference. We must position ourselves in such a way that we can negotiate improvements in our conditions of work.

Each group’s prosperity is best achieved when it is in harmony with the aspirations of others.

Moreover, in a workforce spanning two generations – both of which are jostling for similar duties and complementary responsibilities – disputes are inevitable. The issue of mediation and the amicable settlement of differences have to be tackled in the context of a contemporary work environment – and in a spirit of commonality.

In a manner of speaking, we are all each other’s comparator. We all need each other’s help, regardless of the organisation to which we belong or the source of our funding. The common will and commitment to build an international system capable of attracting and retaining the best and brightest must continue to unite us.

At this 14th session you – as staff representatives – will have the opportunity to assess your individual organisations’ policies relating to the three topics selected by the Scientific Committee. You will be able to do so in relation to both your own organisation and the international civil service as a whole.

In a way this reminds me of my university days, when a fellow student asked one of the professors whether he could name the best practising engineer. The professor replied that he knew no such name – but said the best engineer was the one who knew what was required and how to obtain the necessary information.

Clearly the members of the Scientific Committee rank among the best engineers. Not only do they know which issues should be discussed, but they also know how to find the people who can provide us with the essential information and help us devise appropriate strategies.

This will pave the way to a constructive dialogue with management as we strive to secure a fair, equitable and competitive working environment essential to the future well-being of the multilateral system. No enterprise can succeed unless its workers are satisfied with their lot.

I am sure that together we will accomplish the tasks we have set ourselves. I thus wish you every success in your deliberations. I also trust that you will find time to enjoy Vienna – a splendid city steeped in tradition and history.

Thank you for bearing with me.

 

ACCUEIL ET INTRODUCTION PAR L’ORGANISATION HÔTE,

L’ONUDI Allocution du Directeur général de l’ONUDI, présentée par le Directeur général adjoint, M. Taizo Nishikawa, à l’occasion de la 14e Conférence annuelle des associations du personnel des organisations internationales (CAPOI)

Chers représentants, chers collègues, Mesdames et Messieurs,

En l’absence du Directeur général de l’ONUDI, M. LI Yong, actuellement en mission en Afrique, j’ai le privilège d’inaugurer la 14e Conférence annuelle des associations du personnel des organisations internationales.

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter la bienvenue au Centre international de Vienne et dans cette ville magnifique. Nul doute qu’animés par l’esprit de Vienne, vous saurez promouvoir et défendre les intérêts communs de l’ensemble des fonctionnaires internationaux.

Qu’il s’agisse des conditions de travail, des régimes de pensions ou du règlement des litiges, vous allez être confrontés, au cours de cette conférence, à des problèmes qui requièrent des solutions cohérentes. C’est une tâche délicate qui exige une compréhension mutuelle entre la direction et le personnel.

Le Directeur général accorde à sa relation avec le personnel de l’ONUDI une importance particulière. La participation et l’implication pleines et entières d’agents expérimentés et engagés à tous les niveaux est nécessaire pour atteindre nos objectifs communs.

Le syndicat du personnel de l’ONUDI dispose d’une totale liberté d’action pour les questions ayant trait au bien-être du personnel. Depuis toujours, il s’efforce de préserver l’équilibre dans la relation entre le personnel et la direction. Ce souci d’harmonie perdurera, j’en suis persuadé.

La liberté ne s’exerce néanmoins ni en vase clos, ni de façon isolée. Ce n’est pas un processus irresponsable. La liberté suppose la reconnaissance de la nécessité de rendre des comptes et l’acceptation de cette nécessité. Comme d’autres syndicats et associations, le syndicat du personnel de l’ONUDI doit continuer de mettre cette liberté d’action, cette responsabilité et cette reddition de compte au service de la promotion et de la réalisation des objectifs collectifs, et oeuvrer ainsi dans le sens de la Constitution de l’ONUDI.

Le syndicat du personnel de l’ONUDI a apporté une contribution positive aux travaux de la CAPOI. Je crois d’ailleurs savoir que certaines des mesures en faveur du bien-être du personnel actuellement appliquées à l’ONUDI ont été largement inspirées de vos débats lors de précédentes conférences.

Votre présence ici aujourd’hui témoigne une fois encore de la solidarité qui existe entre les syndicats et associations du personnel des organisations internationales. Vous saurez, j’en suis certain, aborder les enjeux actuels pleinement conscients de vos responsabilités vis-à-vis des principes et objectifs de vos organisations respectives.

Les Chinois et les Japonais disent qu’il n’est pas de bonne fin sans un bon départ. Le plus important est donc de prendre un bon départ. Je vous souhaite des débats fructueux et un agréable séjour à Vienne.

 

Allocution du Président du syndicat du personnel de l’ONUDI, M. Eric Appiateng, à la 14e Conférence annuelle des associations du personnel des organisations internationales (CAPOI)

Chers participants, chers collègues, Mesdames et Messieurs,

Au nom du syndicat du personnel de l’organisation qui nous reçoit cette année, l’ONUDI, et à titre personnel, j’ai le plaisir de vous accueillir au Centre international de Vienne. J’espère que forts des services proposés, nous parviendront plus facilement à trouver des solutions communes aux trois thèmes ô combien pertinents inscrits à l’ordre du jour.

En ces temps difficiles, ces thèmes revêtent une importance particulière pour les fonctionnaires internationaux. Conséquence de la crise financière mondiale, les États Membres exigent que de profonds changements soient apportés au système multilatéral. Or, plutôt que de se laisser conduire par la situation financière actuelle et d’agir dans l’immédiateté, nous devons nous placer dans une perspective à long terme.

Nous avons tous été confrontés à plusieurs aspects de ces demandes de court terme. À l’ONUDI et partout aux Nations Unies, nous nous préparons à un réexamen des conditions de rémunération du régime commun. Le résultat auquel il faut s’attendre aura de lourdes conséquences sur nos conditions d’emploi. Mes collègues d’autres organisations et agences des Nations Unies vous le confirmeront sûrement, l’exercice de réexamen du régime a été accueilli dans la consternation générale et a suscité certaines réserves. Les représentants du personnel y ont vu l’intention de réduire les rémunérations versées, plutôt que la volonté d’élaborer un régime viable qui soit à la fois adaptable et souple.

Tout cela, alors que les États Membres exigent toujours plus des organisations multilatérales !

Faire plus avec moins n’est possible que lorsque le dernier rempart n’est pas asphyxié de contraintes. La FAO me semble bien placée pour décrire la situation peu réjouissante qui se dessine à Rome, motivée par la détermination de réduire les dépenses, quel qu’en soit d’ailleurs le coût humain.

Combinés, la crise financière mondiale et l’allongement de l’espérance vie ont déjà accouché d’un ajustement à la hausse de l’âge de départ obligatoire à la retraite, qui passe à 65 ans pour les personnes qui seront embauchées dans les institutions relevant du régime commun à compter de 2014. Mais qui veut rejoindre une structure dans laquelle les conditions de travail offertes ne semblent ni saines, ni justes ?

Pour toutes ces raisons, il est extrêmement important de suivre de près les évolutions du régime de pensions et de protéger les droits à pension acquis. À cet égard, les débats de la Session B, demain, promettent d’être très intéressants.

Aujourd’hui, grâce aux informations partagées lors des précédentes sessions de la CAPOI, nous, à l’ONUDI, forts des avancées technologiques de ces dernières années, sommes sur le point de lancer une politique élargie sur l’équilibre vie privée-vie professionnelle intégrant le télétravail.

Au fil des ans, les agents relevant du régime commun des Nations Unies ont observé une dégradation systématique de leurs conditions d’emploi qui menace leur bien-être voire leur survie en tant que groupe. Nous devons donc améliorer notre connaissance des sujets qui seront abordés à cette conférence. Nous devons nous positionner afin de pouvoir négocier des améliorations de nos conditions de travail.

La prospérité de chaque groupe est d’autant plus facile à garantir qu’elle est en harmonie avec les aspirations des autres.

En outre, lorsque, comme c’est le cas, deux générations travaillent ensemble – et briguent de surcroît les mêmes postes et des responsabilités complémentaires – les différends sont inévitables. Les questions de médiation et de règlement amiable des litiges doivent être traitées dans le contexte d’un environnement de travail moderne – et dans un esprit de solidarité.

D’une certaine façon, nous sommes tous les miroirs l’un de l’autre. Nous avons tous besoin d’entraide, quelle que soit l’organisation pour laquelle nous travaillons ou notre source de financement. Nous devons continuer d’être unis dans notre volonté commune de bâtir un système international capable d’attirer et de retenir les meilleurs et dans notre engagement dans ce sens.

Lors de cette 14e conférence, en votre qualité de représentants du personnel, vous allez avoir l’occasion d’évaluer les politiques de votre organisation dans chacun des trois domaines choisis par le Comité scientifique et ce, par rapport tant à votre propre organisation qu’à la fonction publique internationale dans son ensemble.

Cela me rappelle, pendant mes années étudiantes, ce jour où un étudiant a demandé à un professeur qui était selon lui le meilleur ingénieur. Le professeur lui a répondu qu’il lui était impossible d’en citer un mais que globalement, le meilleur ingénieur était celui qui savait ce dont on avait besoin et comment obtenir les informations nécessaires.

À l’évidence, les membres du Comité scientifique comptent au rang des meilleurs ingénieurs. En plus de savoir de quelles questions débattre, ils savent où trouver les personnes les plus à même de nous fournir les informations essentielles et de nous aider à élaborer les stratégies adaptées.

Cela posera les jalons d’un dialogue constructif avec la direction, à l’heure où nous oeuvrons pour pérenniser un environnement de travail juste, équitable et compétitif, essentiel pour le bien-être futur du système multilatéral. La réussite de toute entreprise dépend de la satisfaction des employés vis-vis de leur situation.

Je suis convaincu qu’ensemble nous accompliront les missions que nous nous sommes fixés. Je vous souhaite des échanges couronnés de succès et un agréable séjour dans cette magnifique ville de Vienne, chargée de traditions et d’histoire.

Je vous remercie de votre attention